frzh-CNendeitrues

Provenchère

Le Couvent des Cordeliers de Provenchère

En 1477, après la défaite de Nacy, Jacques de Neuville qui servait dans les armées de Charles le Téméraire, fit vœu de finir ses jours dans la solitude.


Son choix se porta sur un endroit champêtre, éloigné de villages, maisons et grands chemins, près d’une belle fontaine d’eau vive et claire, entre Provenchère et Villers-sur-Port dans le canton de Port-sur-Saône.
Cette eau, raconte la tradition locale, qui sortait du pied d’un grand chêne au fond duquel on trouvait des images de la vierge et de Saint-Antoine, avait le pouvoir de guérir les fièvres et autres maladies, si bien que la population locale vénérait autrefois ce lieu communément appelé Notre-Dame de la Fontaine Saint-Antoine.

 

Jacques de Neuville en obtint la concession de Charles de Neuchâtel, Seigneur de Provenchère, et y fit construire un ermitage et une chapelle. Il prit l’habit du tiers-ordre de Saint-François et en 1485, à la fin de sa vie, devenu trop âgé pour continuer la vie érémitique, il se retira au couvent des Cordeliers de Chariez. Il demanda alors à Charles de Neuchâtel l’autorisation de transmettre son ermitage à ces derniers.

Par une bulle du 2 avril 1486, les Cordeliers de Chariez furent autorisés à fonder une annexe où ils envoyèrent, deux mois plus tard, quatre religieux. Le Couvent devint ensuite autonome, sous le vocable de Notre-Dame et de Saint-Valbert, avec à sa tête, un supérieur relevant du Vicaire provincial de l’Ordre. Il ne compta jamais plus de six religieux et fut vendu comme bien national en 1791. Des familles d’agriculteurs y habitèrent au XIXe siècle jusqu’à l’incendie qui ravagea le lieu en 1882.

Par la suite, les vestiges abandonnés de la Chapelle et d’un bâtiment annexe ont vu leurs plus belles pierres emportées.

Aujourd’hui, la nature a repris le dessus, faisant des ruines un lieu pittoresque et plein de charme que l'on peut admirer sans quitter le chemin !

En 2016, le Service culturel de la Communauté de Communes Terres de Saône en collaboration avec les communes de Villers-sur-Port et Provenchère souhaite redonner vie à ce site historique cher aux habitants des deux communes avec une projection cinéma de plein air en juillet dans le cadre du Festival « Cinétoiles 2 » et une animation le samedi 17 septembre dans le cadre des journées du Patrimoine.

Ce projet d’animations passe par un nettoyage du site et des mesures de sécurisation qui permettront peut-être de sauver cette « belle ruine » vénérable témoignage de l’histoire du territoire de Terres de Saône.

Renseignements : Claude Colombier Service culturel Communauté de Communes Terres de Saône 03.84.91.79.27 - email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Location de matériel aux communes

btn reservez

Intervention technique dans les écoles

btn remplir formulaire